Printemps dans la taïga: parades de tétras lyres

Comme chaque année à la même période, les tétras lyre( Tetrao tetrix ) sont parmi les premières espèces de la taïga à annoncer le retour du printemps. Dès le mois de mars les mâles se regroupent en arènes bruyantes où ils se livrent à des joutes quelques fois spectaculaires pour attirer les femelles et espérer pouvoir assurer leur descendance. Ces parades ont toujours lieu sur des espaces découverts, où les oiseaux sont visibles de loin, par exemple sur les lacs encore gelés, ou comme ici, sur une tourbière enneigée.

Combat entre deux males de tetras lyre en Finlande

Nikon D700 + 500mm VR, f/4, 1/1000s 1250 iso.

Fin d’hivernage pour les hiboux des marais

Les signes annonciateurs du printemps sont nombreux dans la nature. Après avoir suivi assidument l’hivernage des hiboux des marais(Asio flammeus), les oiseaux commencent à quitter leurs sites d’hivernage pour aller se reproduire plus au nord et à l’est de l’Europe. Quelques uns sont encore présents, et profitent des conditions printanières. Ils doivent alors cohabiter avec les premiers moustiques(tous les petits points clairs sur la photo), le photographe aussi…

Hibou des marais posé au printemps

Printemps agité chez les buses variables

L’hiver n’est pas encore terminé, mais les buses variables s’affairent déjà à la protection de leur territoire en vue de la saison de reproduction à venir. Les meilleurs sites sont défendus becs et serres, mais lorsqu’une poursuite ou une intimidation ne suffisent pas, les buses peuvent en venir aux ailes comme ici. L’altercation a duré une bonne dizaine de minutes, mais les deux oiseaux en sont sortis indemnes.

Combat de deux buses variables au printemps

Nikon D300 + 500mm vr 1/1000s à f/4 800 iso. Cotentin – Normandie – France

Grosbec casse – noyaux aérodynamique

L’hiver rigoureux de cette année permet d’observer des visiteurs habituellement peu communs en Cotentin. C’est le cas de ce Gros-bec casse-noyaux(Coccothraustes coccothraustes) qui a passé quelques jours dans mon jardin. Ce jour là, le vent était si fort qu’il devait adopter cette posture aérodynamique pour tenir sur la branche.

Gros-bec-casse-noyaux.jpg

Nikon d700, 500mm vr, f/4 1/640s 1600iso. Cotentin – Basse-Normandie – France.

Vol de hibou des marais au crepuscule

Le hibou des marais (Asio flammeus) est présent en France surtout en hivernage, et on peut l’observer dans les zones de marais ou de friches humides. Son vol assez lent et près du sol le rend facilement identifiable. C’est aussi le plus diurne des rapaces nocturnes, ce qui permet de l’observer régulièrement de jour, même s’il est plus actif au crépuscule.

Vol_de_hibou_des_marais.jpg

Nikon d300, 500mm +1.4x, 1/250s f/5.6 1600iso. Marais de Carentan – France.

Filé de vautour fauve

Ce mois de Décembre est basé sous le signe du froid et de la neige. Si la lumière est souvent faible, c’est l’occasion de tenter des poses lentes, comme ici sur ce piqué de vautour fauve. Le fond de forêt enneigé a permis de créer un fond neutre et de renforcer l’impression de vitesse créée par l’oiseau.

Filé de vautour fauve

Nikon d300, 500 mm vr, 100 iso 1/40e f/8. Rémuzat – Drôme – France.

Un tueur au jardin: l’épervier d’Europe

Un visiteur moins courant dans le jardin et qui sème la panique chez les autres oiseaux, et pour cause, les étourneaux et les verdiers sont les proies principales de ce jeune mâle d’épervier d’Europe. La femelle, plus grande, peut s’attaquer à des oiseaux plus gros tels que merles, tourterelles etc…

Epervier-d__Europe-male.jpg

nikon d700, 500mm vr, 3200iso 1/125e f/4 Cotentin – Normandie.

Jardinier frénétique: Le merle noir

Omniprésent, le merle noir reste peu photographié. Et pour cause, cet oiseau remuant et souvent méfiant ne se laisse pas tirer le portrait si facilement. Celui-ci, occupé à remuer les feuilles pour trouver sa nourriture, s’en donnait vraiment à cœur joie.

Merle noir cherchant sa nourriture sous les feuilles

Nikon d700, 500mm vr, 2000iso 1/250e f/4 – Cotentin, Normandie.